Marie Thérèse Arcens Somé

Marie Thérèse Arcens Somé

Chercheure à l'UMI (CNRS 3189), Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (CNRST), Burkina Faso 

Marie-Thérèse Arcens Somé prépare un doctorat en sociologie urbaine à l’Université de Lomé au Togo. Depuis 2007, elle travaille à l’Institut des Sciences des Sociétés (INSS), à Ouagadougou (Burkina Faso). Elle s’intéresse aux questions liées aux conditions de vie des familles et des enfants en milieu urbain ainsi que les systèmes de santé et leurs impacts sur les enfants et les femmes.

A partir de 2012, elle travaille dans le programme de recherche ENSPEDIA (Enfants, Soins et pédiatrie en Afrique de l’Ouest), coordonné par le Pr. Yannick Jaffré, Anthropologue de la santé. Ses investigations sont menées avec une équipe pluridisciplinaire au Centre Hospitalier Universitaire Pédiatrique Charles de Gaulle de Ouagadougou, l’unique hôpital du Burkina Faso consacré aux pathologies infantiles.

Elle participe également à l’INSS à un programme de recherche multidisciplinaire sur l’amélioration des conditions de vie et la réinsertion sociale et économique des détenus au Burkina Faso (programme WAAPP Banque mondiale).

Depuis mai 2014, elle dirige le Forum national de la Recherche Scientifique et Technologique (D/FRSIT), au Ministère de la Recherche Scientifique et de l’Innovation (FRSIT) du Burkina Faso.

Articles de cet auteur sur le GID-SANTE

Résumé
Cet article est le fruit d’une collaboration scientifique entre des chercheurs des sciences sociales et de la santé. Son objet s’inscrit dans une vision globale de compréhension et d’analyse anthropologique de la relation entre les soignants et leurs jeunes patients, au Centre hospitalier universitaire pédiatrique Charles de Gaulle de Ouagadougou. Avec les médecins, les socio-anthropologues se sont attelés à identifier les itinéraires thérapeutiques qu’empruntent les familles quand un enfant tombe malade. Certaines familles vivent en milieu urbain ou périurbain, mais beaucoup d’autres résident en milieu rural et sont parfois éloignées d’un centre de santé moderne. L’aspect financier peut également devenir un frein à l’utilisation des services des soins de santé moderne.