|
|

forum01

AGRI Patrimoines Parmenides
FASTDEV GID-SANTE Sciences Métiers Société

Il n'y a aucun article dans cette catégorie. Si des sous-catégories sont affichées sur cette page, elles peuvent contenir des articles.

Sous-catégories

Mobiliser les Savoirs au Service du Développement.

Le Groupe interacadémique pour le développement - GID - est une association internationale créée en 2007 par dix académies de l’Europe du Sud et du continent africain. En mobilisant les savoirs pour le développement, le GID s’inscrit dans l’un des Objectifs du millénaire pour le développement de l’ONU : Bridging the Gap Between the Scientific Output and the Needs of the Stake Holders.

Mobiliser les Savoirs au Service du Développement.

Le Groupe interacadémique pour le développement - GID - est une association internationale créée en 2007 par dix académies de l’Europe du Sud et du continent africain. En mobilisant les savoirs pour le développement, le GID s’inscrit dans l’un des Objectifs du millénaire pour le développement de l’ONU : Bridging the Gap Between the Scientific Output and the Needs of the Stake Holders.

Recherches utiles et savoirs applicables pour la santé des femmes et des enfants

logo sante

Agricultrices, ouvrières, commerçantes, productrices de biens et de richesses, dispensatrices de soins, mères et éducatrices, les femmes sont les « sujets considérables » d’une histoire mondialisée dont les tensions économiques et idéologiques s’écrivent souvent à même leurs corps par des choix imposés ou des violences infligées. Partout, les différences de genres sont largement synonymes d’inégalités : accès à la scolarité, autonomie décisionnelle, exhaure et transport de l’eau, portage du bois, ou rétribution des activités.
Ces inégalités sont particulièrement inacceptables dans le domaine sanitaire où se conjuguent des dimensions sociales et biologiques. Malgré quelques progrès, chaque année 358 000 femmes décèdent pour des raisons liées à la grossesse ou l’accouchement, dont 204 000 en Afrique Subsaharienne où les taux de mortalité maternelle (1 100 pour 100 000 naissances vivantes), infantile (92°/°°) et néonatale (45°/°°) sont les plus élevés du monde. Données auxquelles il faut ajouter la douleur et les multiples stigmatisations liées aux avortements et les drames notamment des femmes souffrant de fistules.
Ces décès et ces pathologies - dont les causes médicales directes sont les dystocies, les hémorragies, les éclampsies et les infections – relèvent, si l’on adopte une perspective plus englobante, de trois vastes dimensions socio-sanitaires.
La première concerne la fécondité. Quand une femme européenne a en moyenne, 1.6 enfants, une femme africaine en a 5.2, multipliant évidemment d’autant le risque de mourir d’une grossesse. Pourtant, même s’il existe d’importantes différences entre les pays, en moyenne ce sont seulement 9% des femmes africaines qui utilisent une méthode contraceptive moderne.
La seconde concerne l’efficacité de la prise en charge des accouchements et des soins accordés aux nourrissons et aux jeunes enfants. Bien que des mesures efficaces pour réduire l’ensemble des décès de ces patients soient identifiées, pour diverses raisons mêlant des dimensions techniques, éthiques et organisationnelles la mortalité hospitalière ne régresse que très lentement.
Enfin, les programmes sanitaires ne sont, à l’échelle de l’histoire, qu’une des composantes des très rapides transformations sociales où s’échangent de manière mondialisée de multiples normes de conduites et confrontations de valeurs. Penser la place des propositions sanitaires dans de plus vastes mutations sociétales est indispensable.

_________EN SAVOIR PLUS

 

LOGO GID sms

Les ateliers Sciences, métiers et société du GID s’adressent à des responsables d’unités opérationnelles ou de services administratifs impliqués dans l’élaboration des politiques publiques dans leur pays. Transmission des savoirs scientifiques et technologiques les plus récents, échanges avec les participants d’autres pays confrontés à des problèmes similaires, discussions approfondies avec les dirigeants d’unités industrielles, etc. : à l’issue de cette formation, les participants ont une perception claire des « possibles » et disposent des éléments leur permettant de faire évoluer leur pratique professionnelle. Ces ateliers donnent naissance à des réseaux spécialisés qui leur sont ouverts.

L’organisation des ateliers tient compte de la disponibilité des participants (3 à 4 jours) et vise à rendre immédiate l’information entre participants. Un atelier se déroule dans un pays hôte accueillant les pays invités. Ainsi l'universalité du savoir est associée à la spécificité socioculturelle des pays et des régions, un « savoir intégré » (scientifique, économique, social et juridique) est inséré dans la pratique du développement et adapté aux métiers qui en sont le support. Cet aspect est renforcé par des visites de terrain.



Recevoir la lettre du GID

Pour garder le contact, inscrivez-vous !
MOBILISER LES SAVOIRS AU SERVICE D'UN VÉRITABLE CODÉVELOPPEMENT EURO-AFRICAIN
GID