Dakar, "Agriculture, Alimentation et Biotechnologie" 16-20 novembre 2009

Lieu : Dakar

Date : 16 au 20 novembre 2009

Le thème a été dicté par les problèmes liés à la crise alimentaire, notamment dans l’Afrique sub-saharienne. L’Atelier a été organisé par l’ANSTS en se calant sur les enseignements de l’Atelier de Rabat.
La Présidence de l’Atelier a été assurée par l’Académie Nationale des Sciences et Techniques du Sénégal (ANSTS) et l’organisation a été coordonnée par un Comité de Pilotage issus de l’ANSTS, de l’Académie Hassan II des Sciences et Techniques du Maroc, de l’Académies des Sciences, de l’Académie des Technologies et de l’Académie d’Agriculture.
Il a touché en permanence 40 participants dont 10 représentants invités de 7 pays d’Afrique subsaharienne francophone (Afrique du sud, Benin, Burkina-Faso, Cameroun, Cote d’Ivoire, Guinée, Togo) et plusieurs experts français, mais la majorité des participants était du Sénégal. Le programme a conduit à environ 20 h de présentations et d’échanges. Une journée a été consacrée à des visites d’installations de l’IRD à Dakar. Les invités Africains étaient des chercheurs, de hauts responsables de ministères ou d’administrations des pays respectifs.

Un rapport général et 10 recommandations d’actions (16 pages) ont été approuvés en fin d’Atelier. Ce rapport fait état des constats sur la situation des pays francophones Sub-Sahariens en matière d’agriculture d’alimentation et de l’apport possible des biotechnologies végétales. Ce n’est pas un rapport de plus sur les grands problèmes généraux, car même s’il les évoque, il cible des faits concrets du vécu quotidien et décrit des expériences de terrain.
Les politiques nationales sont souvent en décalage avec les besoins. En effet les problèmes de l’Afrique Sub-Saharienne dans les domaines examinés sont bien identifiés mais les outils de développement (technologiques, législatifs) et les moyens financiers pour gérer des projets lourds, qui appellent de grosses sommes, manquent.
Un rapport général et 10 recommandations (16 pages) ont été approuvés en fin d’atelier. Ce rapport fait état des constats sur la situation des pays francophones Sub-Sahariens en matière d’agriculture d’alimentation et de l’apport possible des biotechnologies végétales. Ce n’est pas un rapport de plus sur les grands problèmes généraux, car même s’il les évoque, il cible des faits concrets du vécu quotidien et décrit des expériences de terrain. Les politiques nationales sont souvent en décalage avec les besoins. En effet les problèmes de l’Afrique Sub-Saharienne dans les domaines examinés sont bien identifiés mais les outils de développement (technologiques, législatifs) et les moyens financiers pour gérer des projets lourds, qui appellent de grosses sommes, manquent.

CONCLUSIONS RECOMMANDATIONS PROPOSITIONS D’ACTIONS

Les discussions qui ont fait suite aux conférences générales introductives et aux différents exposés des panélistes ont conduit les participants à formuler, après discussion, les recommandations suivantes :
Recommandation 1 : L’amélioration de la sécurité alimentaire passe nécessairement par le renforcement des capacités et des performances des petits exploitants agricoles de l’Afrique subsaharienne. Il est par conséquent nécessaire de leur apporter une aide conséquente par des approches innovantes d’autonomisation.
Recommandation 2 : L’émission des gaz à effet de serre qui est un facteur important du changement climatique constitue une préoccupation majeure. Il se trouve cependant que l’agriculture contribue pour une part non négligeable à l’émission des gaz à effet de serre. D’où la nécessité de promouvoir une agriculture raisonnée (intelligente).
Recommandation 3 : Les pertes sur la chaine alimentaire sont souvent énormes et incompatibles avec les normes de qualité. Afin de réduire de manière significative ces pertes il convient d’accroître les investissements pour améliorer les infrastructures de stockage et renforcer les professions d’appui à la maintenance, au contrôle et à la conception d’équipements dans le domaine agricole et agroalimentaire.
Recommandation 4 : Améliorer la sécurité alimentaire suppose un accès sécurisé à la terre, notamment pour les populations les plus pauvres et les femmes. Une meilleure gestion du foncier (régimes fonciers) est indispensable pour l’amélioration de la sécurité alimentaire.
Recommandation 5 : L’eau constitue un facteur limitant de la production agricole en Afrique Subsaharienne. D’où la nécessité d’accorder la priorité à l’investissement pour une meilleure maîtrise et une meilleure gestion de l’eau (e.g. irrigation goutte à goutte).
Recommandation 6 : La valorisation des résultats de la recherche peut être grandement améliorée. Ceci passe notamment par la construction de partenariats, la création de plateformes d’échanges, pour renforcer les actions de sensibilisation et de formation des décideurs et des autres acteurs. Il convient d’identifier les questions qui restent posées à la recherche.
Recommandation 7 : Une volonté politique affirmée et affichée est indispensable pour promouvoir une agriculture productive, compétitive et durable. Pour ce faire il convient de distinguer différents types d’agricultures (agricultures familiales, agricultures de firmes, agricultures de survie) pour un choix plus rationnel et plus judicieux des politiques publiques agricoles et agroalimentaires, qui tiennent compte des contextes nationaux et régionaux.
Recommandation 8 : Les biotechnologies végétales constituent un puissant outil pour l’accroissement de la productivité des cultures et l’amélioration de la qualité des aliments. Compte tenu de la complexité du domaine, il s’avère nécessaire d’envisager la possibilité d’avoir des expertises inter-académiques sur ce thème et sur d’autres dossiers complexes d’intérêt national.
Recommandation 9 : S’il est admis que la Science est universelle, l’expertise scientifique quant à elle, est nationale. Or il se trouve qu’il ne saurait y avoir une expertise nationale sans une construction scientifique nationale. Il est par conséquent nécessaire d’avoir, dans le long terme, une politique de construction d’un environnement scientifique, y compris aux métiers de la recherche, notamment en matière de Science et Technologie.
Recommandation 10 : Les recommandations précédentes doivent s’inscrire dans des plans de développement soutenus par des financements conséquents, sur de longues périodes.

GALERIE PHOTOS

Droits réservés

Dakar 01
Dakar 02
Dakar 03
Dakar 04
Dakar 05
Dakar 06
Dakar 07
Dakar 08
Dakar 09
Dakar 10
Dakar 11
Dakar 12
Dakar 13
Dakar 14
Dakar 15
Dakar 16
Dakar 17
Dakar 18
Dakar 19
Dakar 20
Dakar 21
Dakar 22
Dakar 23
Dakar 24
Dakar 25
Dakar 26
Dakar 27
Dakar 28
Dakar 29
Dakar 30
Dakar 31
Dakar 32
Dakar 33
Dakar 34
Dakar 35
Dakar 36
Dakar 37
Dakar 38
Dakar 39
Dakar 40
Dakar 51
Dakar 52
Dakar 53
Dakar 54
Dakar 55
Dakar 56
Dakar 57
Dakar 58
Dakar 59
Dakar 60
Dakar 61
Dakar 62
Dakar 63
Dakar 64
Dakar 65
Dakar 66
Dakar 67
Dakar 68
Dakar 69
Dakar 70
Dakar 71
Dakar 72
Dakar 73
Dakar 74
Dakar 75
Dakar 76
Dakar 77
Dakar 78
Dakar 79
Dakar 80