Le portail GID regroupe les sites consacrés aux programmes du Groupe Inter-académique pour le Développement
Page d'accueil » Parmenides » Espace Méditerranéen de la Science (EMS-Parmenides)
mardi 1er septembre 2009, par Jacques Fröchen
Version imprimable de cet article Version imprimable
Espace Méditerranéen de la Science (EMS-Parmenides)
COMITE DE PILOTAGE (n°9) - Mercredi 24 juin 2009

Compte rendu

Présents : Sébastien ABIS, Jean AUDOUZE,, Gérard BEGNI, André CAPRON, Jean-Jacques DENIS, Jean-Louis DUCLUSAUD, Jacques Fröchen, Michèle GENDREAU-MASSALOUX, Abderrahim LACHGAR, Pierre Laffitte, Cécile LONGÉ, Jean-Luc LORY, Jean-Claude MENAUT, Michel PETIT, Albert SASSON (représentant l’Académie Hassan II des sciences et techniques -Maroc), Francis SEGOND, Jean-Claude TOPIN, Michel TREBEL, Yehia ZAKY (représentant la Bibliothèque d’Alexandrie) ;

Excusés : Elisabeth BARSACQ, Fethy BENBRAHIM (IMA), Jean-Claude BERTHÉLEMY, Salvatore CALIFANO représentant l’Accademia nazionale dei Lincei (Italie), Bernard CHARPENTIER , Jean-Michel CHASSÉRIAUX, Jean-Luc CLÉMENT, Caroline CORNU, Hélène DUCHENE, Jean-François GIRARD, Bertrand HERVIEU, Olivier KLINGL, Philippe KOURILSKY, Olivier LAFOURCADE, Philippe LEMERCIER, Jean-Luc NAHEL Pierre ROUSSEL, Henri-Luc THIBAULT ;

Ordre du jour proposé :

1/ Accueil ;

2/ Structuration du GID (André Capron) :

  • directoire ; programmes ; EMAN (situation) ;
  • veille sur les projets scientifiques méditerranéens en cours (Alexandra Giannopoulou) ;
  • le site-portail http://g-i-d.org (Francis Segond) ;

3/ L’Union pour la Méditerranée et les projets de partenariats (Michèle Gendreau-Massaloux ; Cécile Longé) :

  • le CIHEAM (Sébastien Abis),
  • l’Institut méditerranéen de la Santé (Jean-Jacques Denis),
  • le Réseau Innovation EuroMed (Pierre Laffitte) ;

4/ Les Conférences Parmenides « Espace méditerranéen de la science » :

  • 2ème Conférence de Rome « Science et Santé en Méditerranée (12-14 octobre 2009) ; situation du projet ;
  • 3ème Conférence « Richesses et diversités méditerranéennes », à la Bibliothèque Alexandrine (21-24 juin 2010) ; situation du projet (Yehia Zaky, Alexandra Giannopoulou) ;

5/ Discussion générale, projets ;6/ Questions diverses.


1/ Accueil  : Depuis ses dernières réunions du Comité de pilotage Parmenides, le 8 septembre 2008 et le 21 janvier 2009, le GID a fait du chemin.

2/ Structuration du GID (André Capron) :

  • directoire ; programmes ; EMAN (situation) ; André Capron rappelle les programmes du GID en cours :
  • WHEP, programme d’éducation des femmes à la santé, qui connaît sur le net un succès croissant (plus de 100 000 visites uniques sur le site whep.info) ;
  • Les Ateliers « Sciences, métiers, sociétés » ; le plus difficile à mettre en œuvre, le plus complexe puisqu’il allie exigences scientifiques et technologiques dans les formations actualisées pour les cadres S&T, information auprès des sociétés civiles, et respect des politiques nationales dans les PED ; les aspects logistiques se doublent de souci budgétaire, chaque atelier coûtant environ 50 000 € ; un solide soutien extérieur est donc indispensable ;
  • EMAN, le réseau inter-académique de la Méditerranée (23 académies de 17 pays), porteur d’un Espace méditerranéen de la Science, en vue d’une science réellement partagée pour un co-développement économique et sociétal ; le réseau est à présent doté de statuts ;
  • Parmenides, associant les académies de la Méditerranée et les organismes de recherche de la région, en liaison avec l’UpM dont il pourrait constituer à brève échéance, le noyau d’un conseil scientifique et stratégique, et fournir des outils visibles d’une coopération S&T euro-méditerranéenne ; Parmenides 1 (24-26 juin 2008) a traité de développement durable et a produit des recommandations pour l’agriculture, la pêche et les changements climatiques en vue du 1er Sommet des Chefs d’Etats et de gouvernement du 13 juillet 2008 à Paris ; Parmenides 2 se déroulera à Rome (12-14 octobre 2009) et abordera les questions « Science et santé en Méditerranée, gènes et environnement », sous 3 volets : maladies génétiques, pathologies émergentes (diabètes, asthme…), poids des flux migratoires humains et animaux ; les aspects socio-politiques et culturels ne seront pas oubliés ; un observatoire épidémiologique euro-méditerranéen pourrait être préconisé, ainsi qu’un organisme régional de conseil génétique ; Parmenides 3 est prévu à la Bibliothèque d’Alexandrie (21-24 juin 2010) et portera sur « Richesses et diversités méditerranéennes ; biologies et cultures » ; le Pr. Zaky, présent à la réunion, est porteur d’un message du Directeur de la Bibliothèque, Ismail Serageldin.
  • Avicenne, groupe d’étude sur les stratégies de partage des savoirs.

Il conviendra de réfléchir, à brève échéance, sur la constitution de comités de pilotage pour chacun des programmes du GID.

  • veille sur les projets scientifiques méditerranéens en cours (Alexandra Giannopoulou) ; Mlle Giannopoulou, stagiaire du GID depuis le début du mois d’avril 2009, a entre autres tâches, commencé un travail de veille systématique sur les projets S&T en cours dans la région méditerranéenne, qu’on peut classer comme suit :1/ projets et colloques relatifs à la bio-diversité : côtes, changements climatiques, comme ceux de l’ONU, le programme SYRTE, ceux du 6ème Programme Cadre de l’Union européenne, sur le climat, ceux des partenariats euro-méditerranéens ;2/ colloques scientifiques : ceux de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), ceux relatifs à l’espace méditerranéen du savoir, à l’espace numérique ouvert, (UpM), au campus virtuel (Maroc) ;3/ colloques portant sur l’éducation et organisés par les États de la Méditerranée ;
  • le site-portail http://g-i-d.org (Francis Segond) ; il regroupe en réalité 5 sites différents ; il monte en puissance de façon analogue à whep.info il y a près de 3 ans. Whep en est à plus de 100 000 visites uniques depuis sa création, certains textes étant téléchargés à plus de 9 700 exemplaires (tel celui sur la scolarité au Burkina Faso), ce qui prouve l’utilité d’un site web face à la carence de documentation papier en Afrique sub-saharienne. Sur le site g-i-d.org, ce sont les brèves qui sont les plus lues, ainsi que les textes relatifs à l’éducation et la formation. Les grandes possibilités du site (grande visibilité, espace disponible et modalités de travail en réseau « personnel »), sont actuellement sous-exploitées.

Jean Audouze confirme le soutien de l’Unesco ainsi que celui de la CNFU (Commission nationale française pour l’Unesco) au réseau EMAN, aux conférences Parmenides, en cohérence totale avec nombre de chaires Unesco existantes.

André Capron, évoque, concernant EMAN, la perspective d’une réunion constitutive du réseau à Alexandrie parallèlement à la Conférence Parmenides 3 de juin 2010. L’Institut de France a donné son accord, lors d’un entretien récent avec son Chancelier, le Pr. Gabriel de Broglie, pour co-parrainer la réunion constitutive d’EMAN, aux côtés de la Bibliothèque d’Alexandrie ; l’événement coïnciderait avec l’année croisée France Égypte des sciences et des technologies, et avec la fin de la co-présidence égypto-française de l’UpM (qui se termine fin juin 2010).

Cécile Longé se félicite de cette occasion unique de faire passer des messages « méditerranéens », et Michèle Gendreau-Massaloux ajoute que le GID-Parmenides trouverait une visibilité accrue à cette occasion, avec le relais de l’ambassade de France au Caire. La proposition semble excellente.

Pour Jean-Claude Topin, le site et le projet Parmenides, qui suscitent le plein accord de la nouvelle Direction de l’attractivité et de la mobilité (Mme Hélène Duchêne, de la Direction générale de la mondialisation, du développement et des partenariats -DGM-), pourraient faire l’objet d’un télégramme diplomatique informant les conseillers et attachés scientifiques des pays du pourtour méditerranéen, et les incitant dans un premier temps à proposer des informations ou des brèves sur les projets dont ils ont connaissance ou dont ils sont les acteurs, bilatéraux ou multilatéraux.

3/ L’Union pour la Méditerranée et les projets de partenariats (Michèle Gendreau-Massaloux ; Cécile Longé) :

Pour Michèle Gendreau-Masaloux, GID-Parmenides a heureusement anticipé et pourra prendre place dans les projets scientifiques de l’UpM, comme précurseur et partenaire ; le cadre politique a indéniablement souffert de retards, dus aux bombardements de la bande de Gaza. Ce retard s’est traduit dans la nomination des secrétaires généraux et des personnels prévus, selon le cadre juridique fourni par l’Espagne (à Barcelone). On s’attend à une reprise prochaine des négociations diplomatiques.

La récente Conférence des ministres chargés du développement durable dans l’UpM, à l’Hôtel Pullmann àParis, (25/06/09) a marqué l’accord des pays riverains sur d’importants projets dans le domaine du climat et de l’énergie solaire, comme ceux présentés par Chypre, que connaît le sénateur Pierre Laffitte et sa Fondation InnovMed. Le développement durable et la planification côtière, en particulier, feront l’objet de nouveaux masters en réseau, associant physique, mathématiques et sciences appliquées. Des formations à distance seront couvertes par l’Espace numérique du Campus d’Agadir. Consulté sur les projets relatifs à l’enseignement supérieur, le ministère allemand des Affaires étrangères s’est déclaré intéressé par les formations à distance et les diplômes partagés.

Pour la recherche, le projet d’Agence progresse, à l’initiative du Liban et sous le regard de l’Égypte, le ministre égyptien de la Recherche, Hani Helal, destinataire du projet, ayant confirmé un accord de principe. Un Monitoring Committee (MoCo) se réunit en octobre 2009 au Maroc. Composé des représentants des Ministres de l’enseignement supérieur et de la recherche des pays méditerranéens, cet organisme examinera le projet d’Agence. Les réalisations du GID pourront lui être présentées. Jean-Luc Clément y assistera. A noter que l’Espagne présidera l’Union européenne à compter du début 2010.

L’Institut méditerranéen de la santé dont parlera Jean-Jacques Denis, est sur l’agenda, à l’initiative d’Arnold Munnich, du MESR, du CNES, de l’IRD, du CIHEAM, du CNRS, de l’INRA, de l’Inserm. Il regroupe 4 volets :1/ l’observation épidémiologique, qui fait consensus, avec secrétariat à Barcelone ;2/ les maladies génétiques et la génomique (le GID y est associé) ;3/ la lutte contre la lechmaniose, chronique en Méditerranée, au moins jadis. Note. Selon les spécialistes présents au Comité, cette maladie « historique » est actuellement réduite.4/ la formation des personnels de santé.Le GID se rapprochera de Jean-Luc Clément qui suit ces projets pour le MESR, ainsi que de François Decoster, le conseiller diplomatique de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Le volet culturel de la mission UpM est géré par Cécile Longé (voir ci-dessous).

  • le Réseau Innovation EuroMed (Pierre Laffitte) ; Selon Pierre Laffitte, la dynamique des académies des sciences n’est pas toujours perçue dans tous les pays, à l’inverse de ce que démontre la présente réunion. La réussite des sites du GID est indéniable et les moyens doivent suivre. La mission UpM a débuté de façon pragmatique, avec des réseaux divers et s non concertés, mais les partenaires continuent ensemble au quotidien. La mise en commun est le plus souvent produite par les structures d’information. Ainsi les chercheurs de l’INRA sont partout présents, et 2 000 thèses sont en cours à Montpellier. Ces réseaux de chercheurs doivent vivre…

Palestine… 600 checkpoints sur la superficie d’un département français. Des vexations permanentes contraires à l’intérêt bien compris de tous. Une très rare perception des erreurs commises, en Israël. Une population palestinienne d’un niveau éducatif et culturel élevé.

La Palestine et le réseau Innovation Euromed. Les besoins patents et exprimés, d’aide à l’introduction de la modernité et de l’innovation pour le développement pourraient être au moins partiellement satisfaits par l’introduction du modèle des BTS en formation professionnelle. Par ailleurs la collaboration du Cyprus Institute est acquise.

Innovation et tourisme. Au Maroc, en Tunisie, en Israël, au Liban, en Turquie, le tourisme a pour effet de désagréger les sociétés par un afflux et une concentration excessifs, d’accélérer la désertification des campagnes et de bloquer des régions côtières essentielles à la vie des populations. Telles sont les conclusions des chercheurs en sciences humaines et sociales, déposées devant l’Union européenne. Or la société AMADEUS, installée à Sophia Antipolis, grand opérateur pour le tourisme qui touche 25 000 agences, souhaite s’engager pour un tourisme plus culturel, plus réparti, plus rural notamment, et plus ouvert sur les Autres, comme devrait l’être un tourisme authentique. La Syrie, le Liban, la Tunisie et le Maroc en particulier, souhaitent une meilleure diversification et une meilleure répartition des flux touristiques. En la matière aussi, priorité absolue doit être accordée à la formation pour l’innovation.

Pour Michèle Gendreau-Massaloux, la convergence avec l’Association « Patrimoine Unesco » est claire, avec l’objectif commun de formations à des emplois professionnels dans le secteur.

La Fondation Innov Euromed, avec pour président d’honneur M. Boutros Boutros Ghali, vient d’être créée sur fonds publics et privés. Selon Pierre Laffitte, l’UpM est la grande idée du XXIème siècle au plan géo-politique, et malgré la faible perception actuelle qu’en a l’Union européenne, il faut renforcer l’identité méditerranéenne et non l’affaiblir, puisque cette grande région dite, en anglais, « MEA », couvre à la fois le Moyen Orient, l’Europe et l’Afrique. De l’innovation, à l’aval de la science, dépend en effet la compétitivité.

Mme Gendreau-Massaloux puis Jacques Fröchen, soulignent l’utile association des pays du Golfe et des émirats dans la région méditerranéenne. Ainsi pour la prochaine Conférence GID-Parmenides à Rome sur la santé, seront invités des représentants et intervenants d’Arabie Saoudite, du Qatar…Le sénateur Laffitte ajoute qu’en Égypte a démarré une « Smart Valley », à l’exemple de Sophia-Antipolis.

  • le CIHEAM (Sébastien Abis, représentant Bertrand Hervieu, en mission à Tunis) ; La question de la sécurité alimentaire en Méditerranée revêt une ampleur stratégique actuellement. Les prix alimentaires ont augmenté de 20% sur la rive sud, en 2008, la FAO vient de recenser un milliard d’affamés dans le monde et leur nombre a crû de 15% en Méditerranée en 2008. L’alimentation ,la nutrition la santé représentent donc trois défis majeurs dans la région.
  • La santé animale avec une explosion des zoonoses ;
  • La qualité de l’alimentation et la mise à niveau des normes phyto-sanitaires de surcharge (obésité) ; 20% des enfants de moins de 5 ans sont en sur-poids au Maghreb ;
  • La question des politiques publiques : les problèmes alimentaires risquent de causer des chocs et des déséquilibres sociaux et économiques (prise en charge par les dispositifs de sécurité sociale handicapant le développement). Le CIHEAM est tout prêt à participer aux actions du GID, en particulier dès la Conférence de Rome en octobre 2009.
  • l’Institut méditerranéen de la Santé (Jean-Jacques Denis) ; La notion de santé en Méditerranée souffre d’un manque de contenu, en raison du fait que la santé ressortit aux domaines régaliens des États, et que ceux-ci redoutent une déstabilisation éventuelle à partir des questions de santé. L’IMS est ainsi toujours au stade du projet… Et il s’agit d’un paradoxe puisque bien souvent les soins de santé et de confort des Européens sont assurés au sud de la Méditerranée. Or un hôpital, c’est 100 métiers, et on voit bien les enjeux de la formation à tous ces métiers « intermédiaires ».
  • le Conseil culturel de la mission Union pour la Méditerranée (Cécile Longé) : Cette instance française a été récemment créée, avec en son sein diverses personnalités, en vue de couvrir la dimension culturelle de l’UpM, et notamment de faciliter l’accès à la labellisation « UpM » par les structures multilatérales de la Méditerranée ; il a élaboré un programme sur 5 saisons, en mettant l’accent pour 2009, sur les industries et l’économie de la culture : tourisme, emploi, patrimoine, métiers de la traduction et du livre, filières artisanales. La coopération avec le GID est bien d’actualité dans le cadre de projets de culture scientifique ; aux côtés de la Cité des sciences, le GID pourrait parrainer les projets d’éducation scientifique avec la région PACA, auxquels sont associés la Maison des sciences de l’Homme (Jean-Luc Lory) et l’IMERA de Marseille (Institut méditerranéen de recherches avancées).

4/ Les Conférences Parmenides « Espace méditerranéen de la Science » :

  • 2ème Conférence de Rome « Science et Santé en Méditerranée ; gènes et environnement » (12-14 octobre 2009) ; situation du projet ; voir ci-dessus ;
  • 3ème Conférence « Richesses et diversités méditerranéennes : biologies et cultures », à la Bibliothèque d’Alexandrie (21-24 juin 2010) ; situation du projet (Yehia Zaky) ; Le Dr. Tehia Zaky confirme le soutien chaleureux du directeur de la Bibliothèque d’Alexandrie, le Dr. Ismail Serageldin, dont il lit le message (voir ci-dessous). Les sciences et les technologies sont parties prenantes de la prise de conscience de notre appartenance commune à la Méditerranée et des projets opérationnels et partagés sont indispensables au développement de la région aux plans technologique, humain, sociétal. Un Comité scientifique égypto-français sera mis en place à brève échéance ;Les pistes de travail sont ouvertes : puisqu’une donation de 530 000 livres de la BNF à la Bibliothèque d’Alexandrie, sans précédent, est en cours (collections de 1996 à 2006), le livre et la traduction pourraient fournir un axe à la Conférence d’Alexandrie ; de même le rapport entre savoir et livre. (voir les travaux de Souleymane Bachir Diagne, aux USA, sur logique de la pensée et foi). Voir également les Actes du Colloque de Kairouan et Carthage, organisé par l’ISESCO). La bio-éthique pourrait aussi être matière à échanges…

5/ Discussion générale, projets ;Michel Trebel réaffirme le soutien complet du CIRAD aux actions du GID, notamment lors de la Conférence GID-Parmenides de Rome sur la Santé, aux côtés du CIHEAM, et de Charles Pilet notamment.Jean-Claude Menaut (CNRS-INSU) évoque le projet de co-construction de la gestion des ressources naturelles et des territoires, propres au « Chantier méditerranéen , auquel il participe pour l’INSU. Jacques Fröchen mentionne un projet nommé MEDICIS (Vers une MEDditerranée Innovante, Coopérative et interdiSciplinaire), de diffusion scientifique entre jeunes méditerranéens, avec un festival qui aura lieu à Nice fin 2010, et concernera 24 établissements scolaires du pourtour de la Méditerranée.Michel Petit informe que le Musée océanographique de Monaco fêtera son 150ème anniversaire par un colloque sur la bio-diversité en Méditerranée, le 29 mars 2010.

6/ Questions diverses : aucune./.


ANNEXES

Comité de pilotage Projet Espace Méditerranéen de la ScienceListe des membres (juin 2009)

  • Sébastien ABIS, CIHEAM – Administrateur, Secrétariat général
  • Jean AUDOUZE, UNESCO/CNFU - Vice-Président
  • Elisabeth BARSACQ, MAEE- Sous-Dir. des échanges scientifiques et de la recherche, Direction générale de la mondialisation, du développement et des partenariats
  • Dominique BAUDIS, représenté par Fethi BEN BRAHIM, Conseiller diplomatique, IMA
  • Gérard BEGNI, CNES – Senior Expert Environment & Sustainable Development
  • Jean-Claude BERTHÉLEMY, Académie des sciences morales et politiques ; Trésorier du GID
  • Maurizio BRUNORI, Accademia nazionale dei Lincei (Italie)
  • André CAPRON, Académie des Sciences, Académie nationale de médecine, Président du GID
  • Bernard CHARPENTIER, INRA - Vice-Président International
  • Jean-Michel CHASSERIAUX, Professeur à l’Université Denis Diderot
  • Jean-Luc CLÉMENT ; DREIC, MESR - Conseiller pour la Recherche auprès du Directeur des Relations Européennes, Internationales et de Coopération
  • Caroline CORNU, Chef de Cabinet de M. H. Guaino pour la Mission Union pour la Méditerranée
  • Jean-Jacques DENIS, Conseil d’analyse stratégique
  • Hélène DUCHÊNE, MAEE – Direction générale de la mondialisation, du dév. et des partenariats ; Direction des politiques de mobilité et d’attractivité
  • Jean-Louis DUCLUSAUD, MEEDDM - ICGREF – Inspection Générale de l’Environnement, Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer
  • Jacques Fröchen ; Académie des Sciences - Adjoint au Délégué aux Relations Internationales ; Secrétaire général du GID
  • Michèle GENDREAU-MASSALOUX, Recteur, Conseiller d’Etat, Responsable Formation, Enseignement Supérieur, Recherche à la Mission Union pour la Méditerranée
  • Jean-François GIRARD, IRD-AIRD, Président
  • Bertrand HERVIEU, Académie d’agriculture de France
  • Fatima IBEGAZENE-OUALI, MAEE, Direction gén. de la mondialisation, du dév. et des partenariats , Bureau des affaires européennes et multilatérales
  • Oskar KLINGL, Conseiller auprès du Directeur général adjoint de l’Unesco
  • Philippe KOURILSKY , Académie des sciences, VEOLIA Environnement
  • Abderrahim LACHGAR , Consultant
  • Pierre LAFFITTE, Sénateur, Fondation Sophia-Antipolis
  • Olivier LAFOURCADE, AFD - Conseiller auprès du Directeur général
  • Dominique LE QUEAU, CNRS-INSU - Directeur
  • Cécile LONGÉ, Mission Union pour la Méditerranée
  • Jean-Luc LORY, Coordinateur Strabon, Fondation Maison des Sciences de l’Homme
  • Jean-Claude MENAUT, CNRS-INSU et CESBIO
  • Patrice MIRAN, PLAN BLEU - Chargé de mission aux changements globaux
  • Antoine MOMOT, Mission Union pour la Méditerranée
  • Jean-Luc NAHEL, CPU - Conseiller pour les Relations Internationales
  • Christian PARENT, MEEDDAT – CGEDD (Conseil général de l’Environnement et du Développement Durable), Président de la 5ème section « Sciences et techniques »
  • Michel PETIT, Académie des sciences, Président du Conseil d’administration de l’Institut Océanographique de Monaco – Fondation Prince Albert 1er
  • Jean-Yves PERROT représenté par Philippe LEMERCIER (DRI) , IFREMER - Président Directeur Général
  • Pierre ROUSSEL, MEEDDM - Chef du Service de l’Inspection Générale de l’Environnement, Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer
  • Albert SASSON, Académie Hassan II des Sciences et Techniques du Maroc, Vice-Président du GID
  • Francis SEGOND, Ingénieur conseil, Directeur de la communication, GID
  • Jean-Michel SEVERINO, représenté par Olivier LAFOURCADE (Conseiller), AFD - Directeur Général
  • Henri-Luc THIBAULT , PLAN BLEU – Directeur
  • Jean-Claude TOPIN, MAEE, Conseiller
  • Michel TREBEL, CIRAD - Délégué pour les organisations internationales, les pays méditerranéens et le Moyen Orient
  • Georges VALENTIS, VEOLIA Environnement - Délégué Général
  • Yehia ZAKY, Conseiller auprès du directeur de la Bibliothèque Alexandrine

Message du Directeur de la Bibliothèque d’Alexandrie (24 juin 2009)

Chers Amis,

C’est un plaisir évident de voir la naissance et l’évolution du projet Parménides. Je préconise d’ores et déjà que la conférence de Rome aura beaucoup de succès grâce aux soins apportés à sa préparation.

Je vous confirme que la BA se fera un plaisir de recevoir Parménides 3 du 21-24 Juin 2010. L’année 2010, comme vous le savez, sera celle de la science franco-égyptienne. Cette date coïncidera aussi avec une grande manifestation des Centres des Sciences de Planétariums qui se tiendra à la Bibliotheca Alexandrina.

Le choix de “Diversités en Méditerranée” pour la conférence est très approprié : Alexandrie méditerranéenne a contribué à travers les âges à enrichir la connaissance humaine par l’étude de la faune et la flore du bassin méditerranéen. La diversité biologique qu’il nous a été permis d’étudier est certainement une des plus importantes du monde… Elle est, hélas, en danger aujourd’hui. Divers facteurs de notre modernité pour n’en citer que quelques uns des plus importants : l’urbanisme, l’agriculture moderne, ont apporté un certain déséquilibre biologique avec la disparition de forets sur la rive nord et a augmenté la désertification sur la rive sud. N’oublions pas le réchauffement global, le dégel des banquises et ce qui en résultera.

Le tourisme extensif dans certaines régions a aussi eu un effet néfaste du point de vue écologique en découpant les habitats naturels de plusieurs espèces et qui par conséquent a diminué le nombre d’organismes endémiques nécessaires à la biodiversité.

Je peux me permettre de dire qu’avec les moyens techniques de pêche, le poisson n’a aucune chance … Ce qui était une manne est aujourd’hui en danger et des régulations s’imposent.

Les effets directs et les effets secondaires devraient être connus, diffusés, règlementés, et si telle tâche incombe aux savants en premier lieu, les retombées nous touchent à tous … aussi bien des points de vue économique que culturel. Il est difficile de discuter écologie et environnement en n’ayant pas de solutions de rechange pour un développement durable.

Le prestigieux Smithsonian Institute vient d’entreprendre une tâche formidable, celle de l’’Encyclopedia of Life’ qui voudrait recenser 1.8 millions d’espèces sur terre et qui a demandé à la Bibliotheca Alexandrina de cibler les savants (scientifiques) intéressés dans la région.

Mesdames et Messieurs,

Notre tâche ne fait que commencer… La science est une sorte de dialogue dans lequel l’objectivité, la transparence et le respect sont des valeurs nécessaires. Notre devoir est de devancer les faits et d’indiquer le chemin aussi bien à l’heure actuelle qu’aux générations à venir.

Notre conférence de 2010 à Alexandrie ne devrait pas être un forum parmi tant d’autres ou une simple communication ponctuelle. Elle doit être le fruit d’un travail longuement préparé associant les experts et décideurs du nord et du sud.

Nous devons favoriser la prise de conscience d’une appartenance commune à une communauté riche de ses diversités culturelles et naturelles et ouvrir la voie à la formulation de proposition concrètes et de projets opérationnels.

Des thèmes essentiels doivent aussi bien concerner non seulement l’étude scientifique mais aussi bien le transfert des technologies pour le développement humain et la formation ainsi que les échanges universitaires.

Chers amis,

J’ai nommé le Dr. Yehia Zaky, le chef du secteur académique et culturel à la Bibliotheca Alexandrina, pour être le coordinateur de cette réunion et former une équipe au sein de notre institution pour la logistique de l’événement.

Mes hommages à mon très cher ami André Capron pour tous les efforts sincères qu’il a fait pour the GID, Parménides et EMAN en lui souhaitant mes meilleurs vœux. Des remerciements vont aussi à Jacques Frochen pour son enthousiasme, son assiduité et sa persévérance.

Je vous souhaite à tous une bonne réunion à Rome en attendant de vous recevoir à Alexandrie.

Dr. Ismail Serageldin
Directeur, Bibliothèque d’Alexandrie