Le portail GID regroupe les sites consacrés aux programmes du Groupe Inter-académique pour le Développement
Page d'accueil » À lire dans LeJMed...
Date de publication : vendredi 12 février 2010
À lire dans LeJMed...

une interview de Michèle Gendreau-Massaloux, ancien recteur de l’Agence universitaire de la Francophonie, actuellement responsable du Pôle enseignement supérieur, recherche, formation et santé de la Mission interministérielle de l’Union pour la Méditerranée, et membre du Comité de Pilotage Parmenides au sein du GID.

Au cours de ce long entretien, réalisé le 29 janvier 2010 par Alfred Mignot pour LeJMed, Michèle Gendreau-Massaloux décrit les termes de sa mission dans l’UPM et fait le point sur tous les projets de coopération qu’elle a suscités et dont elle coordonne attentivement le déroulement.

Répondant au rôle de l’UPM dans les questions de santé, Michèle Gendreau-Massaloux souligne la part active que prend le GID dans l’espace méditerranéen de la science grâce au programme Parmenides :

« […] nous avançons aussi en ce domaine. Là encore, les projets abondent, et nous comptons sur des organismes porteurs de grande qualité, comme le GID, le Groupe Inter-académique pour le développement, qui regroupe des Académies des Sciences, de Médecine, ou liées à d’autres champs disciplinaires, et qui ne se contente pas d’œuvrer pour la santé, puisqu’il traite également les questions de développement durable, de biodiversité, d’histoire et de culture… Il porte notamment le Projet d’Espace Scientifique Méditerranéen, ainsi que l’ambitieux programme inter-académique méditerranéen (PARMENIDES), qui réunit dans un objectif commun de développement et d’excellence 19 Académies des pays riverains de la Méditerranée et d’autres institutions de qualité scientifique reconnue.

Nous encourageons aussi la création ou le développement d’institutions portées par des pays méditerranéens : au Liban, une Fondation pour la recherche scientifique ; à Chypre, un Institut de recherche sur le changement climatique et le traitement de l’énergie solaire, dont les travaux sont diffusés dans toute la Méditerranée.

D’autres projets sont en cours de réalisation, comme dans le domaine de la santé l’observation satellitaire des migrations des épidémies dans le Bassin méditerranéen, projet qui bénéficie d’un engagement remarquable du CNES… Nous soutenons d’autre part d’excellentes initiatives en provenance de personnalités de la société civile. […] »

Lire l’entretien dans son intégralité sur le site de LeJMed

Voir en ligne : LeJMed.fr